samedi 14 juillet 2018

Romain Puértolas - L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea


 Auteur : Romain Puértolas
Lu par : Dominique Pinon
Editeur : Audiolib
Parution : 19 mars 2014
Durée : 342 minutes
EAN-13 : 978-2356417060


IKEA. Ou comment un banal et innocent mot de quatre lettres, prononcé à mi-voix dans un taxi à Roissy Charles de Gaulle, peut vite devenir le début d’une rocambolesque et hilarante aventure. De la crise européenne au régime post-Kadhafiste libyen, un voyage inattendu, riche en quiproquos et rebondissements, ballotera, dans une armoire, un arnaqueur professionnel sur le chemin de la rédemption et de l’amour.



C'est mon premier livre audio. Avec l'arrivée de ma fille, mon rythme de lecture a pris un coup et je cherchais un moyen de concilier ma vie familiale, professionnelle et la lecture. Le livre audio me semblait être une bonne solution et je me suis donc lancée dans cette expérience.

J'ai adoré la voix et l'intonation de Dominique Pinon. C'est un gros point fort à cette écoute. J'avais peur de ne pas aimer cette voix. On peut vite être agacé par une voix si elle ne nous convient pas et si elle n'est pas adaptée à l'histoire selon nous. Par chance, ça l'a fait avec moi et Dominique Pinon est un très bon orateur.

L'histoire en soi m'a plu mais sans plus. J'ai passé un bon moment d'écoute mais il m'arrivait malheureusement quelque fois de décrocher. Je ne sais pas si j'aurais eu le même ressenti si j'avais lu et non écouté ce livre.
Ce que j'ai apprécié le plus est l'aspect humaniste de ce récit. L'auteur aborde le thème des migrants avec une certaine délicatesse et une dose d'humour afin de ne pas paraître moralisateur. Il joue également avec les caricatures et remet en cause tous les préjugés que l'on peut avoir sur un pays, une culture.
Toutefois, j'ai trouvé que le récit s’essoufflait au fil de l'écoute. Les rebondissements devenaient redondants et répondaient au même mécanisme narratif tout au long de l'histoire.

En bref, ce fut une lecture agréable mais qui ne m'a pas enthousiasmé non plus.

Cette lecture fait partie du Challenge Mystère.

lundi 9 juillet 2018

Anne Rice - Les Infortunes de la Belle au bois dormant, Tome 1 : Initiation


 Auteur : Anne Rice
Editeur : Michel Lafon
Parution : novembre 2012
Pages : 318
EAN-13 : 978-2749918105


Vous connaissez l'histoire de la Belle au bois dormant. Mais imaginez un instant qu'une fée mutine et joliment perverse se soit subrepticement glissée dans la chambre de la petite princesse, après le départ de ses consœurs, modifiant le sortilège. La belle enfant sera délivrée de son sommeil par un Prince, qui l'initiera à l'amour et au plaisir dans la douleur, l'emmènera dans son royaume, où, avec des centaines d'autres jeunes esclaves, elle assouvira les désirs et les fantasmes d'une bien étrange Cour ...



Il s'agit-là d'une relecture. Le premier tome des Infortunes de la Belle au bois dormant est ce qui m'a fait découvrir la littérature érotique et à l'époque de ma première lecture, cela m'avait marqué.
Malheureusement, cette relecture a été une véritable déception... Je ne comprends pas ce que j'ai pu aimer dans ce roman.
J'ai été dérangée tout au long de ma lecture. Je ne vois pas où est le consentement dans cette histoire S/M. Il s'agit surtout d'humiliation et de viols et cela n'a absolument rien d'excitant. C'est dégradant, avilissant et cruel. Le seul intérêt de ce S/M est l'aspect psychologique de cette soumission et du lien entre plaisir et douleur. Néanmoins, cela est tellement superficiel et sans profondeur qu'on passe rapidement à côté.
Malgré la plume d'Anne Rice (que j'aime pourtant dans sa saga sur les vampires), je me suis véritablement ennuyée pendant ma lecture. C'est long et extrêmement répétitif. Il n'y a même pas d'intrigue en soi et la fin m'a semblé très expéditive.

Honnêtement, je ne sais pas si je vais relire le deuxième tome. Il m'a laissé le souvenir d'être différent du premier tome mais je n'éprouve pas l'envie pour le moment de m'y replonger.

Cette lecture fait partie du Challenge Mystère.

mercredi 4 juillet 2018

Louise O'Neill - Une fille facile / Asking for it


 Auteur : Louise O'Neill
Editeur : Stéphane Marsan
Parution : 16 mai 2018
Pages : 279
EAN-13 : 978-2378340193



« Quand tu prononces un mot comme celui-ci, tu ne peux plus faire marche arrière. Fais comme s’il ne s’était rien passé. C’est plus simple comme ça. Plus simple pour toi. »

Emma a dix-huit ans, c’est la plus jolie fille du lycée. En plus d’être belle, elle est pleine d’espoir en l’avenir. Cette nuit-là, il y a une fête, et tous les regards sont braqués sur elle.
Le lendemain matin, ses parents la retrouvent inanimée devant la maison. Elle ne se souvient de rien. Tous les autres sont au courant. Les photographies prises au cours de la soirée circulent sur les réseaux sociaux, dévoilant en détail ce qu’Emma a subi. Les réactions haineuses ne se font pas attendre ; les gens refusent parfois de voir ce qu’ils ont sous les yeux. La vie d'Emma est brisée ? Certains diront qu'elle l'a bien cherché.


J'ai lu cette histoire à la fois en version originale et en version traduite grâce à Netgalley et à la maison d'édition Stéphane Marsan.
Petit aparté sur le titre français : je ne comprends pas trop comment ils ont pu passer de "Asking for it" à "Une fille facile". Pour moi, ils ne retranscrivent pas l'idée de ce roman.

Cela faisait un moment que j'avais entendu parler de ce roman et de son auteur Louise O'Neill. C'est d'ailleurs Opalyne qui m'a surtout donné envie de lire cet ouvrage.

J'ai trouvé le début un peu long et lent. Je ne voyais pas où Louise O'Neill voulait en venir. Elle nous présente un personnage, Emma, que j'ai trouvé tout simplement détestable et agaçant. C'est certainement voulu par l'auteur afin de voir notre empathie (ou non) face à l’événement qui va marquer sa vie.
Pour ma part, ce qui arrive à Emma a été une véritable claque. Cela m'a mise dans un état émotionnel très intense. J'ai dû faire une pause dans ma lecture et j'ai fait une longue séance de câlin avec ma fille (j'avais besoin de tendresse).

La plume de Louise O'Neill est très intelligente dans la manière dont elle narre les faits et nous montre les différents points de vue.
Elle nous montre à quel point la culture du viol est malheureusement bien présente dans nos société, de quelle manière on culpabilise la victime (et j'insiste sur ce mot : VICTIME) et comment la notion de consentement ne semble pas être la même pour tout le monde.
Même si j'aurais aimé une autre fin, je comprends pourquoi l'auteur a choisi celle-ci : elle est sombre mais terriblement réaliste...

Cette lecture a été à la fois terrible, révoltante et surtout bouleversante. Je n'en suis pas sortie indemne.
Je conseille vivement ce roman. Il est à mettre entre toutes les mains !




vendredi 29 juin 2018

Jen Wang - Le prince et la couturière


Auteur et dessinateur : Jen Wang
Éditeur : Akileos
Parution : 2 mai 2018
Pages : 270
EAN-13 : 978-2355743061



Le prince Sébastien cherche sa future femme, ou plutôt, ses parents lui cherchent une épouse… De son côté, Sébastien est trop occupé à garder son identité secrète à l’abri des regards indiscrets. La nuit, il revêt les tenues les plus folles et part conquérir Paris sous les atours de l’époustouflante Lady Crystallia, l’icône de mode la plus courue de toute la capitale !Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès, une des deux seules personnes à connaître son secret, et sa meilleure amie. Mais Francès rêve de s’accomplir par elle-même, et rester au service du prince lui promet une vie dans l’ombre… pour toujours. Combien de temps Francès supportera?t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côté ?




Cette bande-dessinée est juste sublime ! Que ce soit par le graphisme que par l'histoire, j'ai été envoûtée. C'est un vrai petit bijou !

La relation qui lie Francès à Sébastien est très touchante. On s'attache très facilement à ces personnages qui sont bien loin des clichés habituels des contes.
Les protagonistes secondaires qui gravitent autour de nos deux héros ne sont pas en reste.

Jen Wang traite avec délicatesse et candeur de la recherche d'identité et de la manière où on peut être accepté ou non par une société très normée.
On nous prouve (pour une fois !) qu'on peut être "un vrai mec" et aimer des choses dites féminines. Cela n'a rien de ridicule ou de fragile. On rompt la barrière entre le féminin et le masculin et cela fait du bien !

Le dessin est simple et épuré. J'ai adoré les couleurs choisies. C'est un vrai plaisir pour les yeux !

En bref, cette bande-dessinée est à découvrir d'urgence ! C'est une petite merveille tant par son dessin que par le traitement de son sujet.

Petit conseil : allez voir la chronique dessinée de Schausette, elle en vaut vraiment le coup !

dimanche 24 juin 2018

Sarah Everett - La fille sans passé


 Auteur : Sarah Everett
Editeur : Castelmore
Parution : 14 mars 2018
Pages : 476
EAN-13 : 978-2362313011


Depuis qu’Addison a subi un accident, elle a des trous de mémoire et elle parle à un garçon qu’elle est la seule à voir. Est-elle en train de devenir folle ? Addison décide de s’inscrire à un programme médical qui est censé lui permettre de récupérer la mémoire. Mais rapidement, elle découvre que ce n’est pas sa première visite à la clinique : elle y est déjà venue pour effacer certains de ses souvenirs... Dont le souvenir d’un garçon. Qui est ce garçon ? Pourquoi l’a-t-elle effacé ? L’a-t-elle aimé ? Addison est prête à tout pour le retrouver et retrouver celle qu’elle a été...


Avant de donner mon avis, je tenais à remercier Livraddict et les éditions Castelmore pour ce partenariat.

Ce roman a été addictif. Avec le recul, je trouve que le début est un peu lent. L'intrigue principale met du temps à se mettre en place. Toutefois, j'ai enfilé les pages à une vitesse folle. Je ne pouvais pas me contenter d'un chapitre. J'avais envie de les enchaîner pour connaître le fin mot de l'histoire.

Parlons justement de cette fin (sans spoiler bien évidemment) ! J'avoue avoir été un peu déçue. Plus on avançait vers le dénouement de l'histoire, plus mon enthousiasme retombait. La fin n'est pas mauvaise en soi mais je m'attendais à autre chose, de plus surprenant. Les dernières pages ont sauvé un peu la mise.

L'intérêt de ce récit est son questionnement sur l'importance de la mémoire et du souvenir. Cela m'a rappelé un débat que j'avais eu pendant mes études supérieures à ce sujet. Doit-on se souvenir ? Quelle impact nos souvenirs ont sur nous ? Effacer un souvenir signifie-t-il toujours que l'on oublie également la douleur ?
L'histoire d'Addie a eu un écho sur ma propre histoire personnelle. Cependant, je n'aurais pas du tout pris les mêmes décisions qu'elle sur certains aspects.

La fille sans passé n'a pas été un coup de cœur mais une lecture agréable, addictive et qui m'aura fait prendre du recul par rapport à la notion de souvenir.

samedi 9 juin 2018

Michael Rowe - Wild Fell


 Auteur : Michael Rowe
Editeur : Bragelonne
Parution : 14 septembre 2016
Pages : 288
EAN-13 : 979-1028100964



Elle attend dans l’obscurité depuis plus d’un siècle. Dressée sur les rives désolées de Blackmore Island, Wild Fell tombe en ruine. La vieille demeure résiste pourtant aux assauts des saisons depuis des décennies. Bâtie pour sa famille par un homme de pouvoir du xixe siècle, la maison a gardé ses terribles secrets. Depuis cent ans, les habitants de la région prient pour que les ombres piégées à l’intérieur de Wild Fell y restent, loin, très loin de la lumière. À présent, il est venu à elle. Jameson Browning, qui connaît bien la souffrance, a acheté Wild Fell avec l’intention d’y commencer une nouvelle vie. De laisser entrer la lumière. Mais ce qui rôde dans la maison est fidèle aux ténèbres qui y règnent, et la garde jalousement. Elle a attendu Jameson toute sa vie… ou même plus longtemps. Et maintenant, enfin… elle l’a trouvé.



Le genre de l'horreur ne fait pas partie de mes lectures de prédilection, loin de là. Je ne me rappelle pas avoir lu autre chose que les Chairs de poule et cela remonte déjà à quelques années. Néanmoins, profitant de la Grosse OP, je me suis laissée tenter par Wild Fell pour (re)découvrir ce genre.

Wild Fell est un bon roman pour aborder l'horreur. En soi, il n'est pas terrifiant. Je m'attendais à avoir bien plus peur que cela.
Toutefois, l'auteur réussit à instaurer une certaine ambiance. Moi qui avais tendance à lire la nuit, je n'étais pas toujours tranquille (en particulier lorsque le lapin de ma fille se met en marche tout seul...). Michael Rowe a un style très fluide et assez puissant pour mettre en place au fil des pages une ambiance de plus en plus oppressante. La description de la maison permet également au lecteur de visualiser les lieux du récit avec beaucoup de détails, ce qui est prenant.

Ce qui m'a également surpris est le temps que met le récit à mettre en place Wild Fell, la maison à l'origine du roman. La première partie traite principalement du parcours du héros, Jamie : son enfance, son rapport avec son père, les raisons qui l'ont mené à Wild Fell... Cela permet au lecteur de mieux cerner le personnage.
Néanmoins, la dernière partie concernant la maison aurait pu être un peu plus longue à mon goût. Tout se passe très vite et la fin m'a semblé confuse. J'ai eu du mal à démêler le vrai du faux.

En bref, j'ai apprécié ma lecture et elle a suffisamment attisé mon intérêt pour que je me mette à lire d'autres ouvrages du même genre.

Cette lecture fait partie du Challenge Mystère.

dimanche 27 mai 2018

Catherine Price - Lâche ton téléphone ! Programme de détox digitale


 Auteur : Catherine Price
Editeur : Lgf
Collection : Pratiques Grand Format
Parution : 14 février 2018
Pages : 176
EAN-13 : 978-2253188131


Votre téléphone est la première chose que vous regardez en ouvrant les yeux le matin ? Vous le consultez instinctivement pour trouver la réponse à toutes les questions, ou simplement passer le temps ? Et ce, même lorsque vous êtes en excellente compagnie ? Rien d'étonnant ! Les smartphones sont conçus pour nous rendre dépendants. Dix ans après leur apparition, nous commençons à connaître leurs effets néfastes sur la santé : troubles du sommeil, baisse de la concentration, stress...
En s'appuyant sur son expérience personnelle et de nombreux témoignages, Catherine Price propose un plan en deux étapes : Wake Up !, la prise de conscience, Break up !, un programme détox de quatre semaines pour changer ses habitudes. Le but n'est pas de jeter son smartphone, mais de pouvoir l'utiliser librement pour être à nouveau présent à soi-même (et aux autres !).





Avant toute chose, je tenais à remercier Le livre de poche et NetGalley pour l'envoi de cet ouvrage.

Suite à la naissance de ma fille, j'avais pris comme décision de moins m'exposer aux écrans. En effet, je ne souhaite pas qu'elle est une image de sa mère toujours sur son téléphone, sur son ordinateur ou encore devant la télévision. Pendant ma grossesse, j'avais pris conscience que je passais peut-être un peu trop de temps face aux écrans et je voulais y remédier. Ce programme tombait donc à pic !

Cette lecture a vraiment été enrichissante. Dans un premier temps, Catherine Price nous fait prendre conscience de l'impact des nouvelles technologies sur notre quotidien mais aussi sur notre comportement. J'ai eu un véritable éclair de lucidité quant à ma relation avec mon smartphone.
Dans la seconde partie, l'auteur nous propose un programme de détox que l'on peut adapter selon nos besoins. Cette partie pratique m'a posé plus de problème car, avec un nouveau-né, mes moments disponibles et de calme étaient relativement peu nombreux. Le peu de temps libre que je disposais était dédié aux tâches ménagères, administratives et aussi à récupérer un peu de sommeil.
Néanmoins, j'ai pu constater de vrais effets bénéfiques à ces petits changements du quotidien. Actuellement, je me demande plus facile pourquoi je prends mon téléphone. Je vais également moins sur les réseaux sociaux. Je peux même poser mon téléphone dans n coin et ne pas être en manque pendant longtemps. Ma fille m'a beaucoup aidé pour cela car elle captait totalement mon attention (dans le bon sens évidemment). Avec elle dans les bras ou même dans son lit, j'oubliais complètement l'existence de mon téléphone.
Depuis la fin de ma lecture, je continue à travailler sur cela. Par exemple, je ne prends plus du tout mon téléphone lorsque je suis à table. Cela m'a permet de faire attention à d’innombrables choses.
Cette détox m'a permis également de constater que je n'étais pas aussi accro que ce que je pensais. En effet, je ne sors jamais mon téléphone dans un ascenseur, une file d'attente ou une salle d'attente. J'ai tendance à plus facilement sortir un livre que mon téléphone et ce constat m'a un peu soulagée.

En bref, cet ouvrage m'aura appris beaucoup de choses et m'aura apporté un nouveau regard sur la relation que l'on peut entretenir avec son téléphone. Catherine Price a une méthode simple et très pédagogique. Elle ne juge en aucun cas l'utilisation que l'on fait de son téléphone, elle donne tout simplement des astuces que l'on peut prendre en compte ou non.
Je conseille vivement cette lecture à tous ceux et celles qui souhaiteraient se détacher de leur téléphone et/ou qui voudraient avoir du recul sur la relation qu'ils entretiennent avec cet outil du quotidien.